Lumières de l'ombre

Bienheureux les fêlés, ils laissent passer la lumière... Des photos au fil des jours pour essayer de dire.

21 février 2016

Nés quelque part

 

"ET SI TU ETAIS MOI ?" 

C'est le titre de l'affiche placardée un peu partout dans la ville, alors à force de tomber dessus ça m'a interpellée et je suis allée voir cette exposition. Exposition/spectacle plus exactement. Car bien sûr c'est un thème qui me parle. Et si vous étiez moi, et si j'étais vous ? Sauriez-vous me comprendre, saurais-je le faire ? Que feriez-vous de ma vie, que ferais-je de la vôtre ? Et si vous étiez nés en Asie, en Afrique, ou n'importe où dans le monde, que feriez-vous, que ferions-nous ? Au delà des enjeux au coeur de l'expo, climat et développement durable, univers urbain, forestier, asiatique, insulaire, sahélien, c'est le côté humain du concept qui m'a attirée. 

Alors pour une heure je suis devenue Nalin, cambodgienne, 19 ans. Ma religion est le bouddhisme, mon espérance de vie de 72 ans (Faut que je me dépêche). Mais les gens meurent beaucoup autour de moi, bien avant cet âge, car mon pays est en guerre. Mon père est agriculteur et cultive le riz. J'aime cette vie dans la nature et les rizières. Mais la situation se complique et je suis obligée de partir à la ville, à Phnom Penh, pour gagner de l'argent et pouvoir aider ma famille. Je gagne alors 128 dollars par mois dans une usine textile où je plie des chiffons à lunettes avant de les mettre en sachets, pendant 9 heures par jour pendant 6 jours, et une fois enlevé le prix du logement de la nourriture et des transports, il me reste 30 dollars. C'est le prix du trajet aller retour pour revoir ma famille. Mais si je veux les aider je dois leur envoyer cet argent... Que feriez-vous ? Et si vous tombiez malade, ou si votre main était hors d'usage suite à un accident, que feriez-vous ? 

Les photos n'étaient pas autorisées pendant le parcours, alors j'ai juste immortalisé mon personnage et sa famille. Mais en pensant aux autres aussi. J'ai croisé une marocaine, vivant dans un bidonville à Casablanca. Son personnage a travaillé pour moi, mon vrai moi, quand je vivais là bas. Troublant, n'est ce pas ? Et si j'avais été elle ? 

Moi je suis née en Lorraine, et ce n'était pas forcément toujours drôle. Mais je n'ai jamais travaillé en usine. Et je suis née à nouveau ailleurs, plusieurs fois. Dans le Nord, dans le Sud, dans l'Ouest, dans le Sud Ouest, et au Maroc aussi. On renaît toujours aussi avec ceux qu'on aime. Je suis née aussi à nouveau avec ce blog, je crois. :)

 

Les portraits sont de Bertrand Meunier. Plus d'informations sur l'exposition, à la Sucrière, ici. Une jolie expérience. J'ai regretté cependant de ne pouvoir en vivre qu'une seule à la fois. Je le recommande tout particulièrement aux familles avec des enfants.

 

Expo être né quelque part_20160219_7746

 

 

Expo être né quelque part_20160219_7748

 

 Et si vous étiez moi ? Comprendriez-vous mes difficultés, mes peines, mes doutes et mes joies ? Et si en plus et au delà des couleurs de peau de la culture et de la religion éventuellement vous étiez grand petit gros maigre jeune vieux malade  handicapé hyper sensible boderline et j'en passe ? Peut-on jamais se mettre à la place de l'autre ?  Sans doute pas. Mais on peut essayer. Même si... 

 


Commentaires

    Intéressant compte-rendu d'expo. Je pense souvent à cette autre vie, personnalité, qu'on aurait si.... comme le dit si bien la chanson de Maxime Le Forestier "Né quelque part" ♪

    Posté par patrickcassagnes, 21 février 2016 à 03:11
  • Une expo que je serais allée voir mais Lyon est à plus de cinq heures de train, alors... C'est utile de s'entraîner à l'empathie

    Posté par gballand, 21 février 2016 à 07:52
  • Très joli sujet, plein d'espérances.

    Posté par Martine, 21 février 2016 à 08:17
  • Hello Pastelle...

    Tous sur la même planète mais pas la même vie, des riches, des pauvres, des biens portants, des malades, une couleur de peau, de religion, pas facile se mettre dans la peau d'un autre, mais on peut faire l'effort d'imaginer, merci...

    Posté par jill bill, 21 février 2016 à 08:19
  • suis alsacienne ...
    ne vais rajouter mot...

    Posté par .♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨, 21 février 2016 à 08:19
  • Moi...

    ...c'est moi et toi t'es toi
    Bisous endimanchés Pastelle

    Posté par H-IL, 21 février 2016 à 08:48
  • Nés quelque part

    Un thème universel ainsi qu'une vie qui est hélas universelle pour beaucoup,c'est vrai que le lieux de naissance est important si dans ce lieu on s'y sent bien,ce qui n'est pas toujours le cas.Moi je suis d'ici mais je viens d'ailleurs comme beaucoup d'entre nous et les enfants misérables me bouleverse à chaque fois que j'en aperçois.Pas facile pour ces populations qui ont étés plusieurs foi retourner par les uns et les autres et qui sont exploités encore et toujours !
    Bon dimanche !

    Posté par AMMON, 21 février 2016 à 09:37
  • Je crois que j'aurai beaucoup aimé cette expo et ce qu'elle suscite.
    Merci pour ce partage.
    Bonne journée

    Posté par Pascale MD, 21 février 2016 à 09:52
  • Nous sommes tous UN. Comprenons ça et le problème est résolu !
    Mais là....on est loin loin, bien ailleurs, sur une autre "sphère" de compréhension

    Posté par David, 21 février 2016 à 10:28
  • Beau témoignage sur une exposition trop éloignée.(distance, pas de mon cœur)
    Merci pour ce partage.
    Amitiés Sophie

    Posté par Patrick, 21 février 2016 à 11:07
  • tu as sensiblement et très concrètement exposé cette question existentielle qui se pose inévitablement un jour: si j'étais un autre ? Vaine interrogation, puisque nous sommes déjà les autres ! Peut-être qu'égoïstement et par comparaison, elle nous sert à nous réconcilier avec notre destin et à partager un peu celui des autres. Ca me fait penser à l'expérimentation de Griffin dans les années 60 qui s’était mis dans la peau d’un afro-américain.

    Posté par espiguette, 21 février 2016 à 11:42
  • Je crois qu'il est très difficile de se mettre à la place de quelqu'un, on peut seulement essayer de le connaître un peu, mais on ne saura jamais tout de l'autre... il m'arrive de penser qu'on ne sait pas non plus tout de soi.
    Cependant, je trouve que cette expo est une bonne idée... mieux connaître, mieux comprendre, même si l'on ne peut tout partager.
    Je crois que rien n'est simple, mais tous les pas que l'on peut faire vers l'autre nous aident à mieux accepter nos différence, à mieux s'accepter soi-même aussi.
    Bisous et douce journée. Merci pour cette page.

    Posté par Quichottine, 21 février 2016 à 11:42
  • Ce n'est pas simple...

    C'est ce que je dis souvent à ceux qui sont inquiets de voir arriver ces milliers de réfugiés : Si on était à leur place, on s'enfuirait aussi. Ne serait-ce que pour sauver nos enfants. Bien sûr, cela n'efface pas les inquiétudes, mais que faire d'autre ?
    Ce n'est pas simple...
    Cette exposition a le mérite de recentrer le débat sur l'humain.

    Posté par Filimages, 21 février 2016 à 12:04
  • Bonjour Pastelle, un superbe exposition, très original! Bisou et bon dimanche rempli de petits bonheurs!

    Posté par Maria-Lina, 21 février 2016 à 13:58
  • J'imagine que beaucoup de visiteurs de cette exposition en sortent avec plein de questions dans la tête… déjà, se mettre à la place d'un familier, c'est très difficile voire impossible mais s'imaginer à la place d'un Asiatique ou d'un Africain…

    Posté par Toilapol, 21 février 2016 à 14:19
  • Merci chère Pastelle de ce beau billet et qui touche.
    Amitiés ♥

    Posté par Denise, 21 février 2016 à 15:27
  • Cette exposition a au moins le mérite d'essayer de faire prendre conscience de ce que l'on a et non râler toujours après ce que l'on n'a pas. Je trouve l'idée excellente, j'aurai bien aimé vivre cette expérience et y emmener également mes élèves.

    Posté par Elsaxelle, 21 février 2016 à 15:29
  • Un sujet passionnant, et sans doute une exposition dont on ressort ... transformé ...

    Posté par La Nomadeuse, 21 février 2016 à 16:09
  • T'en as tu encore beaucoup..

    T'en as tu encore beaucoup des questions comme ça "Peut-on jamais se mettre à la place de l'autre ? Sans doute pas. Mais on peut essayer. Même si... " Des questions bien perturbantes....
    Et si.. il nous était plus simple de se mettre à la place des autres qu'en nous même? N'est-il pas plus simple de connaître l'autre que soi? J'ai tendance à le croire. C'est un peu comme le phénomène de perception de notre vrai visage. Rares sont les personnes qui "s'aiment" en photo, parce que nous ne connaissons pas notre vrai visage. Le seul que nous connaissons est celui vu dans un miroir. Mais ce n'est pas celui que les autres voient. Tu vois où ça mène tes questions....
    Bonne semaine

    Posté par dominique, 21 février 2016 à 17:40
  • Ca serait bien que beaucoup soient déjà eux-mêmes, sans faire semblant. S'ils y parvenaient, ils pourraient envisager de se projeter dans la vie d'un autre avec l'ouverture d'esprit que nécessite l'exercice. Mais franchement, je vois mal certaines personnes se mettre dans la "peau" d'une femme kényane par exemple (choix non fortuit)

    Posté par ksenia, 21 février 2016 à 19:09
  • Un très beau sujet sur lequel j'avais longuement réfléchi à l'époque où était sorti la chanson de Goldman et Jones : "et si j'avais été allemand..." Les ouvertures de ce style vers une réflexion qui permet de sortir de l'égo, c'est formidable. Ôter ses pompes et enfiler celles de l'autre pour un instant vraiment, c'est ce qu'on devrait tous faire tout le temps dans les relations humaines. belle soirée

    Posté par naturesereine, 21 février 2016 à 19:51
  • Excellente idée pour monter

    une expo humaniste.
    Bonne fin de soirée chal-heureuse!

    Posté par thami, 21 février 2016 à 21:44
  • si plus d'êtres humains avaient l'idée de se mettre à la place de celui qui se trouve face à eux, bien des horreurs seraient évitées

    Posté par liliplume, 21 février 2016 à 22:49
  • Je suis allée voir une expo "ceci n'est pas un portrait" où j'ai eu des sentiments similaires aux tiens, à ceux que tu expliques. Interdiction de photographier , bien sûr, mais le croquis est presque toujours autorisé même si je n'ai pas une carte de "copiste"

    Posté par Chinou, 22 février 2016 à 07:53
  • Une expo que j'ai vu à Paris également, de beaux portraits

    Posté par Tatiana, 22 février 2016 à 08:00
  • Une expérience enrichissante.. et certainement troublante aussi! Merci pour ce bel article!

    Posté par Gine, 22 février 2016 à 08:08
  • Tu as écrit un très beau texte....Commençons par accepter nos différences. Essayons de comprendre plutôt que de juger.

    Posté par Daniel, 22 février 2016 à 09:07
  • un concept fort que ces différents face a face... j'aurais personnellement terminé la série avec un ... miroir

    Posté par geomichel, 22 février 2016 à 09:41
  • "Peut-on jamais se mettre à la place de l'autre"?
    Rien de plus facile....................je le fais souvent dans la journée en jalousant , en critiquant , en jugeant , en maudissant l'autre.
    "Et si tu étais moi"!
    Ben je ne veux pas , suis trop bien dans ma tour , seul au monde ou pas en faisant rouler dans mes paumes de la main mes écus d'or , en les faisant miroiter aux yeux d'une belle "autre" mais ça c'était avant...................aujourd'hui l'humanité me prouve que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.
    Oupsssssssssss je plaisantais va falloir faire beaucoup d'efforts.....de lucidité.
    Il a tout compris Zweig.
    Amitiés Madame

    Posté par grandmistral, 22 février 2016 à 10:00
  • J'ai toujours aimé les gens. j'aime regarder, observer pas juger ni jauger. Distinguer les signes par empathie. Ce devait être une bien belle expo.

    Posté par lakevio, 22 février 2016 à 10:26
  • Un sujet qui donne à réfléchir +++++++++ Le pourrai-je bien ancrée dans mon confort ?

    J'ai passé une prime enfance merveilleusement heureuse à la campagne avec mes grands-parents qui étaient pauvres. Ils n'avaient pas le tout-à-l'égout et nous faisions nos besoins dans un seau avec de la javel au fond. Mon postérieur était trop petit pour le seau et j'étais donc obligée de me tenir aux bords ... ! J'en garde un souvenir amusé +++
    Je crois bien que je l'ai raconté dans mon blog DE SOUVENIRS D'ENFANT - CHAPITRE 7 =

    http://laurejo.canalblog.com/archives/souvenirs_d_enfant/index.html

    J'apprends avec plaisir que tu as vécu à Casablanca ?! J'y ai vécu 30 ans ...
    Il faudra que nous en parlions !

    Posté par JO TOURTIT, 22 février 2016 à 11:00
  • Cela devrait être inculqué à l'école, jeu de rôles "vivre la vie de son voisin" par exemple, cela permettrait à l'empathie de s'épanouir afin de prendre la place de l'égoisme et l'individualisme. Il y en aurait à dire, je m'arrête là.
    Bises

    Posté par Gaya Nature, 22 février 2016 à 11:40
  • "Même si "... je retiens tes derniers mots (qui ne m’empêchent pas d'apprécier les photos!!) et je serais volontiers pessimiste sur tes considérations philosophico-géopolitiques... Je penche plutôt pour cette attitude:
    Avoir de l'empathie tout en considérant que la vie est un sport individuel ... Oui.

    Posté par Antiblues, 22 février 2016 à 18:05
  • Pastelle, je suis un peu perplexe....
    Je pense aussi que cette expo ne peut que développer en nous le sens de l'humain, nous ouvrir à des modes de vie et de culture différents...
    Et nous faire ressentir , je l'espère, un peu d'empathie devant tous ces visages.
    Cependant, la question posée me semble de pure rhétorique !!
    Se mettre vraiment à la place d'un autre est une belle utopie. On n'est pas chez les Bisounours !
    Chacun de nous est enfermé dans son propre destin...
    Commençons d'abord par voir vraiment l'autre l'accepter et le respecter...
    Et ce sera déjà beaucoup.

    Posté par Monique, 22 février 2016 à 21:35
  • Je ressens très bien ton émotion face à ses vies qui ne sont pas les notre, et même si on essaie de s'imaginer à leur place, je ne crois pas que l'on puisse imaginer à quel point la vie peut-être dure et injuste pour beaucoup d'êtres humains sur cette planète !
    Rien que tous ces pauvres gens qui fuient leur pays en guerre, combien il faut de peine, de larmes, de peur et de courage pour tout abandonner et partir vers un avenir si incertain ... et quelques bien pensant qui veulent les refouler comme des chiens galeux, ils mériteraient ceux là de vivre la vie des réfugiés. Oui je dévie un peu du propos, mais c'est que qui m'est venu à l'esprit ! biz

    Posté par maryy, 23 février 2016 à 00:44
  • Nés quelque - part

    ... Au bon endroit et aussi au bon moment. Comme toi Sophie, la dernière fois que je suis née c'était à "overblogcity" alors j'ai raconté, et revécue ma drôle de vie... Un titre qui est une première réponse à ta question. Riche ou pauvre je ne me suis jamais demandé quelle aurait été ma vie...Handicapée, en Inde euh... sûr que je n'aurais pas bien aimé. Mais j'ai toujours regardé l'autre avec empathie, essayé de comprendre, pardonner. La tolérance, j'aime, je l'utilise lorsqu'une mauvaise pensée traverse mon esprit. Mais pour répondre sincèrement à la question... Où que je sois née, moche ou bigleuse etc... Je pense que j'aurais fait avec... Mais, cela aurait été difficile....;<(((((
    PS: Nalin - Sophie je t'aimais bien tu sais...

    Posté par claire, 23 février 2016 à 08:34
  • Sur la voie de l'empathie, la voie vers l'autre. Merci pour cette belle découverte.

    Posté par :), 23 février 2016 à 10:55
  • Je te lis et je bois du petit lait.
    Je n'avais jamais pensé à cette question ... peut-être suis-je trop occupée par moi, les miens, mes soucis, ma vie tout simplement.
    C'est peut-être égocentrique de ma part ... pourtant j'ai de la compassion pour la souffrance humaine.
    Je suis la même pensée que toi lorsque tu dis que tu es née à plusieurs reprises. Et quel boulot pour arriver de nouveau à faire surface .....
    Bien-sûr tout est question d'équilibre et cet équilibre si précieux est bien précaire parfois.
    Douce journée. Je t'embrasse

    Posté par Petits Bonheurs, 23 février 2016 à 14:23
  • Déjà, ce n'est pas simple d'être soi, car on se demande toujours si on a fait les bons choix à tel ou tel moment de sa vie, on se dit que notre vie aurait été différente si ceci ou cela... Alors, se mettre à la place des autres, c'est encore bien plus compliqué ! Voilà une exposition qui doit faire vraiment réfléchir et, en mettant ainsi le doigt sur des cas concrets,cela permet sans doute de relativiser sur sa propre situation... Je pense que c'est surtout cela que j'en aurai retiré en sortant, mais peut-être que je me trompe, peut-être est encore plus troublant que ce que j'imagine... En tout cas merci pour ce joli partage.

    Posté par Sylvie, 23 février 2016 à 15:04
  • j'ai pas mal d'origine du nord comme le belgique et l'allemagne du côté de mon père et ma mère,plus dans les îles car on a des yeux amandes

    Posté par l'angevine, 23 février 2016 à 15:36
  • A chaque fois que je me retrouve dans un pays étranger je ne peux m'empêcher de penser à ce que pourrait-être ma vie si j'étais né là.
    A chaque fois ma conclusion est la même, à savoir que j'ai beaucoup de chance d'être né ici.
    Cela me permet de relativiser nombre de choses et de ne pas passer mon temps à me plaindre de tout et n'importe quoi. Sport quand même pratiqué intensivement dans l'hexagone !
    Ceci étant dit, je te souhaite un bon et rapide rétablissement.

    Posté par Lannic, 29 février 2016 à 23:13
  • 😩

    Pas facile en effet de se mettre à la place d'un autre....pourtant çà ouvre les yeux et l'esprit sur beaucoup de choses et c'est bien ce qui dérange.
    je suis trop bien dans ma peau pour m'imaginer dans celle d'un autre.

    Posté par tomix, 04 mars 2016 à 00:12
  • A défaut de pouvoir se mettre dans la peau des autres, ce ne serait déjà pas mal de se souvenir que l'endroit de naissance n'est qu'un hasard ... Votre post est une belle invitation à réfléchir .

    Posté par Maisie, 16 mars 2016 à 13:29
  • Je remonte petit à petit ce que j'ai loupé pendant mon absence. J'ai cessé de commenter sur les sujets plus anciens, mais là je ne peux pas m'en empêcher. Merci d'avoir partagé ça : l'espace d'un instant beaucoup se sont arrêtés pour se poser la question avec toi, certains ont sans doute franchi le pas pour aller voir l'expo. Les questions posées sont la base de nos rapports humains, mais qui essaie encore de se mettre à la place de l'autre ? Bravo aux concepteurs de cet évènement ; je vois que maintenant l'expo est à Roubaix. Quelle fasse le tour de France, on en a bien besoin...

    Posté par MemJo, 27 juin 2016 à 22:58

Poster un commentaire







Englishblogger Englishblogger